Sommet Mondial sur la Société de l'Information (SMSI)

Réduire le Fossé Numérique, donc la Pauvreté
B.S. Diarra
27 May 2002

Le constat fait M. Renaud dans une des salles de réunions du Palais des Congrès de Bamako le Dimanche 19 mai 2002 était amer. Et même très amer: "la voix des pays les plus modesties n'est pas toujours entendue dans les réunions internationales, elle n'est pas toujours exprimée par les intéressés". Malgré les euphémismes dont usait le Coordinateur du Programme d'UNITAR lors de cette réunion préparatoire de la conférence sous régionale de Bamako 2002 (également en prélude au Sommet mondial sur la Société de l'Information? Genève 2003 et Tunis 2005), les participants n'étaient pas dupes: "ces pays modesties" ont encore du chemin à faire. 

Le constat est certes amer, mais l'espoir demeure. Il a pour nom NTIC (nouvelles techniques de l'information et de la communication). Jadis, le temps était de l'argent qui, à son tour, était le nerf de la guerre. Aujourd'hui, c'est l'information d'abord. Le reste ensuite. Les pays en développement ne possèdent malheureusement pas grand chose. Une injustice que repérera peut-être le SMSI. 

Mais encore, faudra-t-il que cette rencontre, première du genre, soit bien préparée par les pays les moins avancés! C'était le but de la réunion de ce dimanche. Pour ce faire, les pays de la sous région se sont donnés rendez-vous dans la capitale malienne. Ils ont bénéficié de l'appui des organismes spécialisés tells le PNUD, l'Institut des Nations Unies pour la Formation et la Recherche, media Action International, l'Agence de Presse InfoSud, l'Institut Universitaire d'Etudes du Développement (IUED) et International Conference Volunteers.

Ne faites surtout pas l'erreur de croire qu'il s'agit là encore d'une trouvaille du Nord! Le SMSI est plus sérieux. Il vise à réduire le fosse numérique, aujourd'hui passage oblige de tout développement. Les groupes civiles sont les gouvernements, les collectivités territoriales, les associations, les entreprises, etc. Une change pour le continent et surtout pour le NEPAD. La rencontre de Bamako permettra aux pays participants (les PMA) d'arriver aux Sommets de Genève (2003) et de Tunis (2005) avec des propositions concrètes. Une initiative heureuse a été adoptée à l'occasion: les propositions et argumentaires des PMA élaborés à Bamako seront relayés par les médias afin qu'ils reçoivent le maximum d'attention à travers le monde. Peut-être si le SMSI n'existait pas, l'Afrique l'aurait inventé.

©1998-2018 ICVolunteers|design + programming mcart group|Updated: 2017-10-03 12:49 GMT|Privacy|